Quel est le secret des grands leaders ?

Octave A la Une, Développement Personnel

Quel est le secret des grands leaders ?


Quel est le secret des grands leaders ?

 

Depuis plus de 30 ans, les recherches sur le leadership démontrent que le facteur principal de performance d’un leader n’est ni son QI, ni son expérience, mais sa capacité à gérer ses émotions et celles des autres. Cette aptitude est ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle.

Pour vous en rendre compte, repensez simplement au meilleur et au pire leader avec qui vous avez travaillé.
Comment vous sentiez-vous aux côtés de l’un et de l’autre ? Quelles émotions faisaient-ils /elles naître en vous ? Il est probable qu’auprès de grands leaders, vous vous sentiez inspiré, confiant, respecté, en sécurité, enthousiaste, fier. Avec les moins bons leaders, vous vous sentiez sûrement stressé, jugé, incertain, replié sur vous-même, frustré, énervé.

On constate que les grands leaders font naître en nous des émotions positives et nous motivent à donner le meilleur de nous même. Comme le disait Napoléon, “un chef est marchand d’espoir”.

C’est précisément dans ce rôle de “régulateur émotionnel” que réside la fonction première d’un leader. Selon les mots de Daniel Goleman dans un article pour Harvard Business Review : “Mes recherches, accompagnées par d’autres études, montrent clairement que l’intelligence émotionnelle est la condition sine qua non du leadership.

Sans elle, une personne peut avoir la meilleure formation du monde, un esprit incisif et analytique, une infinité de bonnes idées, elle ne sera quand même pas un grand leader.”

L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE, QU’EST CE QUE C’EST ?

L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité à comprendre et réguler les émotions, chez soi comme chez les autres.

Les aptitudes telles que l’empathie, la motivation, la résilience, l’adaptabilité, la maîtrise de soi ou la collaboration font partie de l’intelligence émotionnelle.

Les leaders émotionnellement intelligents sont capables de garder leur sang froid dans les situations tendues et de taper du poing sur la table face à une injustice. Ils savent ce qu’ils veulent, comment ils fonctionnent, connaissent leurs points forts et leurs points faibles, et prennent des décisions éclairées. Ils sont capables de percevoir précisément les émotions des autres et d’adopter le comportement nécessaire pour motiver une équipe ou calmer un conflit.

Aujourd’hui, nous avons tout particulièrement besoin d’intelligence émotionnelle.
Selon le sondage de l’institut Gallup, seulement 6% des employés français se sentent engagés dans leur travail, l’un des pires résultats au monde. Les employés désengagés étant moins productifs et performants, le coût pour l’économie française s’élève à 97 milliards d’euros par an…

La cause de ce désengagement ? Un management français hiérarchique et coercitif qui manque d’intelligence émotionnelle. La bonne nouvelle, c’est que celle-ci peut se développer toute la vie !

COMMENT DEVENIR UN LEADER ÉMOTIONNELLEMENT INTELLIGENT

Tout d’abord, il faut prendre conscience de l’importance des émotions : les émotions positives favorisent l’engagement, la collaboration, la créativité et la performance, alors que les émotions négatives diminuent les capacités cérébrales, dégradent la santé, empêchent la proactivité et freinent l’apprentissage.

Pour le dire autrement : quand on a peur, on joue pour ne pas perdre ; quand on est enthousiaste, on joue pour gagner.

Le rôle d’un leader émotionnellement intelligent est donc de minimiser la peur et de favoriser la joie, l’espoir et l’engagement. Si vous souhaitez améliorer votre leadership, un des principes de l’intelligence émotionnelle à prendre en compte est la contagion émotionnelle.

Impossible de regarder un bébé qui rit sans rire soi-même, pas vrai ? C’est le principe de l’empathie : par imitation, on vit soi-même les émotions exprimées par les autres.

Au sein d’un groupe, c’est vers le leader que les regards se tournent et c’est lui qui donne le ton émotionnel d’une situation. S’il est stressé, son équipe sera stressée. S’il est confiant, elle le sera aussi.
Pour influencer positivement les émotions de vos équipes, il faut donc d’abord pouvoir réguler vos propres émotions. Voici quelques pistes spécifiques pour transformer le stress en enthousiasme :

  • Changez votre discours interne : L’émotion vécue par rapport à un événement dépend de l’interprétation que l’on en fait. Prenons l’exemple de deux employés à qui on confie un projet plus ambitieux que d’habitude. L’un peut se dire que c’est une bonne occasion d’apprendre, de montrer ce qu’il vaut vraiment et peut-être de décrocher une promotion. Il verra les opportunités et sera enthousiaste. L’autre peut se dire qu’il devra travailler plus, que ça ne va peut-être pas lui plaire et qu’il peut échouer. Il verra les risques et sera démotivé.
    Une méthode qui marche bien pour voir le positif plutôt que le négatif consiste à se demander “que puis-je apprendre ?”. Face à un échec, au lieu de se dire “je suis nul(le)”, il vaut mieux se demander quelle est la leçon à en tirer. Face à une situation stressante et à l’issue incertaine, il vaut mieux voir l’opportunité de gagner de l’expérience plutôt que le risque d’échouer.
    “Je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends.” – Mandela
  • Réinterprétez votre stress en excitation : Selon la théorie de Schachter-Singer, nos émotions dépendent aussi de l’interprétation de nos sensations physiques. Il s’avère que les sensations de la peur et de l’excitation sont très similaires physiquement (c’est pour cela qu’on aime regarder des films d’horreur). Quand vous ressentez les signes du stress, dites vous que c’est de l’excitation, de l’enthousiasme face à un challenge que vous allez surmonter. Vous transformerez rapidement cette énergie négative en énergie positive. Vous pouvez même sourire pour vous y aider. D’ailleurs à ce sujet…
  • Souriez plus : Non seulement cela donnera du baume au coeur à vos collaborateurs, ce qui est une raison suffisante en soi, mais cela permet aussi de modifier vos propres émotions. En effet, quand vous êtes joyeux, vos muscles faciaux s’activent pour former un sourire. Mais la relation marche aussi en sens inverse : quand vous souriez, vos muscles envoient le signal à votre cerveau que vous être heureux.

Pour résumer, la prochaine fois que vous vous sentez stressé(e), souriez, et dites vous “je suis excité(e) parce que j’ai l’opportunité de…”. Au bout de quelques instants vous verrez vos émotions évoluer, et vous pourrez insuffler cet enthousiasme à vos équipes.

Alexandre Bonfils est coach en leadership. Il aide ses clients à développer leur intelligence émotionnelle pour avoir des équipes plus engagés, proactives et performantes.
Faisant partie de la génération Y, ses méthodes s’appliquent tout particulièrement au management des millenials.
Convaincu que la qualité de notre vie dépend de la qualité de nos pensées, il partage des idées qui contribuent au bonheur et au succès de chacun sur son blog www.mieuxpenser.com

Share this Post


MAIS AUSSI…