La Leçon, le podcast de Pauline Grisoni sur l'art d'échouer

Octave A la Une, Développement Personnel

La Leçon, le podcast de Pauline Grisoni sur l'art d'échouer


La Leçon, le podcast de Pauline Grisoni sur l’art d’échouer

Rencontre avec Pauline Grisoni, journaliste et créatrice du podcast « La Leçon » qui aborde la notion de l’échec à travers le recueil de témoignages de personnalités inspirantes et aux parcours variés (sportive de l’extrême, musicien, chef d’entreprise, etc.).
L’objectif de Pauline : « faire parler des gens au parcours inspirant d’un échec qui les a façonnés. Et de La leçon qu’ils en ont tirée. »

Programme Octave : Comment vous est venue l’envie de vous lancer dans la création de podcasts ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer ? 

Pauline Grisoni : Je rêvais de devenir journaliste radio, sans en avoir la moindre expérience. J’avais également envie de me faire un nom dans le milieu du journalisme mais ne savais pas bien comment m’y prendre… Et puis un jour, je suis tombée sur l’excellent podcast Transfert, l’un des premiers podcasts « mainstream » en France. Je me suis dit que le format était génial, qu’il offrait du temps et de l’espace à l’invité, sans toute la pression de l’image qu’une vidéo ou une photo impose.  Et puis comme ce médium est encore jeune, quelle liberté !

Des difficultés, j’en ai rencontré un joli petit paquet. J’y consacre d’ailleurs un hors-série ! Entre les refus, les « oui » qui se transforment finalement en « non », les personnalités dont je n’ai pas pu sortir l’épisode (leurs propos ne collaient pas avec le good mood que je veux transmettre à travers ce projet), on pourrait aujourd’hui décemment me donner la médaille de celle qui a merdé le plus de fois.

Programme Octave : Vous mettez en avant l’échec dans vos podcasts « La Leçon, le podcast sur l’art d’échouer », pourquoi est-ce important de valoriser la notion d’échec, selon vous ?

Pauline Grisoni : Parce qu’on en parle encore trop peu en France. Et qu’elle est pourtant, à mon sens, le vestibule du succès ! Et puis je ne sais pas vous, mais moi ça me fichait une pression monstre de lire tous ces articles sur le parcours « hors norme » « sans faute » « fulgurant » des personnalités que j’admire. J’avais l’impression d’être trop lente à la détente, d’avoir raté le train en lisant ça. Que les années passaient et que j’aurais probablement de moins en moins de chance d’avoir un parcours similaire au leur. Attention, découverte : c’est tout à fait faux, il n’y a pas d’âge limite !

Programme Octave : Quelle est votre vision personnelle de l’échec et que peut-on apprendre de nos échecs ?

Pauline Grisoni : Aujourd’hui, j’accepte mieux les périodes « down », les moments où tout ne se passe pas comme prévu. Car j’ai pris conscience qu’elles donnaient une toute autre saveur à toutes mes petites victoires ! J’ai rencontré de nombreuses difficultés durant la création de mon podcast : au départ, personne ne voulait être l’invité numéro 1, j’ai mis 6 mois avant de le trouver. Et puis, on m’a planté la veille d’un enregistrement à de nombreuses reprises etc.

Alors je prends bien plus le temps d’apprécier chaque nouvel enregistrement avec un invité en réalisant la chance que j’ai.
Et puis, par-dessus tout, cela m’a donné confiance en moi de réaliser que je ne me laissais pas abattre et que j’étais capable de persévérance même après un gros loupé. Sans mes échecs, je n’aurais jamais côtoyé la force intérieure que j’ai en moi.

Share this Post


MAIS AUSSI…