Comment cultiver sa confiance en soi dans le milieu professionnel

Octave A la Une, Développement Personnel

Comment cultiver sa confiance en soi dans le milieu professionnel


Comment cultiver sa confiance en soi dans le milieu professionnel

Article de David Laroche pour le webmagazine Octave

Le manque de confiance en soi au travail constitue un obstacle à une vie professionnelle accomplie. Il peut vous faire stagner et vous priver de certaines opportunités de carrière. Pourtant, la confiance en soi se développe et s’entretient, nous allons voir comment la cultiver grâce à des méthodes concrètes.

Adopter la bonne posture et le bon état d’esprit

Travailler sa physiologie

La première chose à faire pour prendre confiance en soi est de changer sa posture. La respiration, la façon de se tenir et de bouger influent sur la confiance en soi. Penser à respirer profondément et faire circuler l’oxygène dans son corps, dans ses muscles, permet d’améliorer son niveau d’énergie et donc de confiance. Le fait de sourire a également des effets bénéfiques : cela créé des réactions chimiques qui donnent une sensation agréable immédiate. Lorsque l’on se prépare à une conférence ou bien à une réunion importante, il faut penser à sa posture physique : se redresser, respirer et sourire. Adopter une attitude confiante aide à se sentir mieux de manière instantanée. Selon le Dr Patricia Gerbard, professeur de psychiatrie au New York Medical College : « Si vous respirez correctement, votre esprit va se calmer ».

Se tenir le bon discours

Le discours que l’on se tient joue un rôle essentiel dans la confiance en soi. Se parler avec bienveillance renforce l’estime que nous avons de nous-même. Confiance en soi et estime de soi étant très étroitement liées, plus notre estime de nous-même augmente, plus nous parvenons à réaliser des choses en étant en confiance. Avoir une bonne estime de soi est essentiel pour passer un entretien, ou bien demander une augmentation – cela aide à se sentir légitime.

Nos représentations mentales ont également une très grande influence sur nos émotions. Il est primordial de se concentrer sur les choses que l’on a accomplies et d’occulter les doutes et les échecs potentiels. Plus nous alimentons la croyance selon laquelle nous sommes capables de réaliser des choses importantes pour nous, plus nous parviendrons à en accomplir de nouvelles.

Etre confiant ne signifie pas que l’on n’a plus de craintes ou de peurs, mais que l’on parvient à trouver en soi les ressources pour oser faire ce que l’on juge important.

Prendre des bonnes habitudes

Se préparer

La préparation se décompose en deux étapes : la préparation mentale, et la préparation technique. Prenons l’exemple d’une personne qui se prépare à un entretien d’embauche.

La préparation mentale consiste à se projeter dans les moments clés, à visualiser ce qui risque d’arriver pour pouvoir anticiper les sources de stress. Ce sera par exemple prendre le temps de réfléchir à la façon dont on respire, aux questions que l’on se pose, à la manière dont on réagit à une question déstabilisante, etc. Penser aux différents scénarios possibles permet de créer des stratégies en réponse à ce qui nous effraye. Le système limbique – la partie du cerveau qui contrôle les émotions – ne fait pas de différence entre le passé, le présent, le futur, ni entre le réel ou l’imaginaire. L’activation neurologique est donc la même pour une personne qui fait quelque chose, que pour une personne qui s’imagine en train de faire quelque chose. Cela veut dire que plus nous nous imaginons communiquer et réagir comme nous le souhaiterions, plus nous musclons notre confiance en nous.

La préparation technique, quant à elle, se fait avec l’expérience. Lorsque l’on passe cinq, dix entretiens d’embauche avant de décrocher un emploi, on est automatiquement plus à l’aise et plus performant dans les derniers entretiens que lors du tout premier que l’on a passé.

La confiance se cultive et s’acquiert par la répétition : plus nous nous entraînons, plus nous devenons confiant.

Procéder par étapes et agrandir sa zone de confort

Se challenger est souvent source d’angoisse. Passer à l’action ne doit pourtant pas être perçu comme une mise en danger : oser explorer sa zone d’inconfort est ce qui vous permettra de prendre confiance en vous. Cela ne nécessite pas d’opérer de grandes révolutions dans sa manière de fonctionner ; le mieux est de procéder étape par étape, de tenter des nouvelles expériences quelles qu’elles soient. Peu importe le rythme, l’essentiel est d’être dans l’action.

Procéder par petites étapes permet de se créer une capacité à être confiant et à l’aise dans des situations inconnues.

Sénèque a dit : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Plus on ose, et plus les choses difficiles vont devenir faciles.

David Laroche est un Entrepreneur, Coach et Conférencier international. Il entraîne des milliers de personnes à avoir le courage de vivre la vie qui les inspire vraiment. David mène des recherches sur les thématiques du bien-être, de la performance et de la réussite. En 2016, l’association internationale des meilleurs professionnels basé à New York lui décerne le prix de meilleur “motivational speaker” de l’année. Son crédo: « Je ne sais pas ce qui est possible ou non, alors j’agis comme si tout est possible… » (http://davidlaroche.fr)

Share this Post


MAIS AUSSI…